Ce site utilise des témoins dans le but de vous fournir un service plus personnalisé et plus rapide. En faisant usage de ce site, vous acceptez nos conditions d’utilisation des témoins. Veuillez lire notre déclaration sur l’utilisation des témoins pour obtenir plus de renseignements sur les témoins que nous employons et sur la façon de les supprimer ou de les bloquer.

Favori Courriel Imprimer cette page

La gouvernance mise à l’épreuve

Comment sortir plus fort d’une récession : le point de vue des administrateurs


 Télécharger les fichiers ou documents  

Beaucoup d’administrateurs de sociétés chevronnés ont tout ce qu’il faut pour guider les sociétés en cette conjoncture économique difficile. Pourquoi? Parce que ce sont eux qui étaient à la barre des entreprises pendant les récessions du début des années 1980 et 1990 et durant la bulle technologique de 2000. Ces anciens dirigeants siègent désormais à des conseils d’administration, et la somme de leurs expériences vaut son pesant d’or pour les entreprises qui cherchent à survivre et à prospérer au cours de ce qu’il est convenu d’appeler « la Grande récession de 2008 2009 ». Mais il reste à savoir si leurs plans en matière de gouvernance, élaborés avec les meilleures intentions, ont tenu la route au cours de cette période tumultueuse. Quels enseignements les administrateurs peuvent-ils offrir au sujet de la gouvernance avisée en matière de risques dans l’avenir?

De concert avec l’Institut des administrateurs de sociétés (« l’IAS »), Deloitte a approfondi ces questions au cours de tables rondes organisées à l’intention des administrateurs à Calgary, Toronto et Halifax. Les résultats des discussions sont exposés en détail dans deux articles portant sur la mise à l’épreuve de la gouvernance, publiés à l’origine dans deux numéros consécutifs de Director, la publication bimestrielle de l’IAS.

L’effet de la récession sur les pratiques en matière de gouvernance

Lors des tables rondes, les administrateurs ont souligné qu’il fallait mesurer l’immense potentiel transformateur de la récession sur le paysage économique au lieu de se contenter d’élaborer des stratégies à court terme pour aider les entreprises à traverser la récession. Ils ont aussi fait une mise en garde contre les séquelles de la récession – l’adaptation du cadre réglementaire du système bancaire mondial, les déficits faramineux créés par les mesures de relance budgétaire et la hausse rapide des prix des marchandises et du cours du dollar canadien –, qui pourraient créer la tempête parfaite et engendrer une période d’agitation sociale et politique. Sur une note plus optimiste, les administrateurs estiment que les sociétés canadiennes pourront, sous l’effet d’une bonne gouvernance et animées d’un esprit novateur, tirer profit de la vigueur relative de notre pays dans l’économie mondiale. Dans le premier de deux articles, intitulé La gouvernance mise à l’épreuve : l’effet de la récession sur les pratiques en matière de gouvernance, nous faisons état des opinions des administrateurs sur le potentiel transformateur de cette récession, sur les moteurs de la transformation et ses conséquences pour les conseils d’administration.

Pour une gouvernance avisée des risques

Maintenant que la poussière est retombée après le point culminant de la récession de 2008-2009, les sociétés examinent les défaillances de leurs pratiques de gestion des risques. Les administrateurs avouent craindre les réactions négatives potentielles des organismes de réglementation, des législateurs et des investisseurs. Estime-t-on que le conseil d’administration s’est montré à la hauteur, ou croit-on plutôt qu’il s’est mal acquitté de ses responsabilités? Quels sont les éléments fondamentaux de la gouvernance avisée des risques? Quelles sont les dix principales leçons que les administrateurs ont tirées de la crise du crédit et de la récession mondiale? Dans le second article de la série, intitulé La gouvernance mise à l’épreuve : pour une gouvernance avisée des risques, nous portons notre attention sur les enseignements que les administrateurs ont tirés de la récession sur les questions de la gestion des risques, y compris les risques liés à la rémunération, et sur l’importance de gagner la confiance et de continuer de la mériter.