Ce site utilise des cookies dans le but de vous fournir un service plus personnalisé et mieux adapté. Merci de bien vouloir lire la notice d'information sur les cookies et les informations relatives à leur effacement ou leur blocage.

Favori Email Imprimer cette page

Bilan économique mondial 2011 du secteur Aéronautique-défense

Découvrez pourquoi le fossé se creuse entre l’aéronautique commerciale et l’aéronautique de Défense.


DOWNLOAD  

Aerospace2011En mai 2012, une équipe de spécialistes mondiaux du secteur industriel de Deloitte a réalisé cette étude (en anglais). 110 compagnies du secteur de l’aérospatiale et de la défense, ayant généré un chiffre d’affaires supérieur à 500 millions de dollars en 2011, ont été étudiées à partir des données clés indiquant leur performance financière.

 

Les résultats montrent que malgré les sommets atteints par l’aviation commerciale, plusieurs indicateurs de performance financière concernant l'industrie aéronautique mondiale ont chuté en 2011, probablement en raison du poids prédominant du sous-segment « défense ».

Les grandes tendances : 

  • L’aéronautique commerciale montre des signes de croissance. Elle est stimulée par une production dynamique de gros porteurs commerciaux plus légers, à haute performance énergétique et nécessitant moins d’entretien. Cette production est poussée par la consommation de voyages d’affaires ou de loisirs, notamment dans les pays comme la Chine, l'Inde, le Brésil et le Moyen-Orient.
  • Quant à l’aéronautique de défense, elle subit une décroissance dans le monde occidental dûe au retrait des forces en Irak et en Afghanistan, aux priorités nationales et à la faiblesse des économies.
  • A l’inverse, le niveau des dépenses militaires augmente dans les zones géographiques comme l'Inde, la Chine, le Japon, les Emirats Arabes Unis, l’Arabie Saoudite et le Brésil, pays très préoccupés par des problématiques de sécurité nationale croissante.
  • L’industrie américaine est plus en forme que jamais face à l’Europe. Ces dynamiques contraires reflètent les différences d’incitations, de méthodes de gestion et de management existantes entre les deux pays.

 

Retrouvez tous les détails dans l’étude.

Restez connectés
En savoir plus
sur Deloitte