This site uses cookies to provide you with a more responsive and personalised service. By using this site you agree to our use of cookies. Please read our cookie notice for more information on the cookies we use and how to delete or block them

Marque page Email Imprimer cette page

Baisse de chiffre d'affaires pour la moitié des PME en 2012

En dépit d’une évolution positive en 2010 et en 2011, l’année 2012 présente à nouveau une diminution du chiffre d’affaires pour pratiquement 50 % des entreprises. Toutefois, 7% des PME ont vu leur chiffre d’affaires progresser l’année passée, mais dans une mesure inférieure au taux d’inflation moyen de 2,16 %. Pour ce groupe d’entreprises, on ne peut donc parler que d’une croissance nominale du chiffre d’affaires.

Croissance réduite - perte accrue

La moitié des entreprises qui ont vu leur chiffre d’affaires baisser affiche une diminution de 9,1 % voire plus. Parmi ces entreprises, un quart d’entre elles a subi une perte de chiffre d’affaires pouvant atteindre 21 % minimum.

À l’inverse, on observe que la moitié des entreprises ayant enregistré une croissance a connu une hausse de maximum 8,8 %. À peine un quart d’entre elles a profité d’une hausse des ventes de 17,7 % ou plus.

Cliquez sur les tableaux pour obtenir un écran plus grand.

 

Seul le secteur tertiaire limite la casse

L’année passée, tous les secteurs ont été touchés par la crise. En effet, 57 % des entreprises du secteur de la construction ont subi une baisse de leur chiffre d’affaires. C’est également le cas pour 54 % des sociétés du secteur du commerce et pour 53 % des entreprises industrielles. Toutefois, le secteur tertiaire a été épargné. En effet, 52 % des entreprises qui le composent enregistrent une légère hausse de leur chiffre d’affaires réel.

Cliquez sur le tableau pour obtenir un écran plus grand.

 

Les PME familiales plus lourdement touchées

Alors que 52 % des PME non familiales ont observé une hausse de leur chiffre d’affaires, pas moins de la moitié des PME familiales a subi la situation inverse sur la même période. De plus, 28 % des PME familiales ont été contraintes de réduire leur effectif l’année passée. À l’inverse, une PME non familiale sur quatre a pu embaucher.

Cliquez sur le tableau pour obtenir un écran plus grand.

 

Baisse du chiffre d’affaires par ETP, sauf dans le tertiaire

L’année précédente et pour la troisième année consécutive, le secteur tertiaire affichait non seulement une hausse du chiffre d’affaires, mais également du chiffre d’affaires par ETP. À fin 2012, l’entreprise moyenne de ce secteur enregistrait un chiffre d’affaires par ETP de 197.421 euros, à savoir une hausse de 4,5 % par rapport à 2011. 

Tant le secteur de la construction que les secteurs du commerce et de l’industrie subissent à nouveau une perte de chiffre d’affaires par ETP en 2012, et ce malgré une belle hausse en 2011.

Cliquez sur le tableau pour obtenir un écran plus grand.

 

Chiffre d’affaires par ETP le plus important dans les petites entreprises

Il ressort du graphique suivant que les petites entreprises enregistrent le meilleur chiffre d’affaires par ETP. En effet, l’entreprise moyenne qui emploie maximum 10 personnes a enregistré un chiffre d’affaires de 281.212 EUR par ETP à la fin de l’année 2012.

Ce qui n’est pas moins de 38,5 % de plus que les grandes entreprises qui emploient plus de 50 personnes.

Cliquez sur le tableau pour obtenir un écran plus grand.

 

Material on this website is © 2014 Deloitte Global Services Limited, or a member firm of Deloitte Touche Tohmatsu Limited, or one of their affiliates. See Legal for copyright and other legal information.

Deloitte refers to one or more of Deloitte Touche Tohmatsu Limited, a UK private company limited by guarantee, and its network of member firms, each of which is a legally separate and independent entity. Please see www.deloitte.com/about for a detailed description of the legal structure of Deloitte Touche Tohmatsu Limited and its member firms.

Get connected

 

 

More on Deloitte
Learn about our site